skip to Main Content
Bilan Des Un An : Armées

o 34,2Mds €, c’est le budget 2018 de la Défense, soit 1,8 Md € de plus qu’en 2017. Le budget de la Défense atteindra 2% du PIB en 2025. 2019-2025 : 295Mds € programmés
o Les Armées luttent contre le terrorisme : Sentinelle sur le sol français, Chammal au Levant où Daech est à terre, Barkhane au Sahel (4500 hommes).
o Elles assurent en permanence la protection du territoire, de l’espace aérien et des approches maritimes de la France, en métropole et en outre-mer, ainsi que la mission de dissuasion nucléaire.
o Les Armées bénéficient d’une remontée en puissance budgétaire inédite, afin qu’elles aient les moyens de leurs missions.
o Il n’y a pas de soldats forts sans familles heureuses : la condition des civils et militaires, le petit équipement, l’accompagnement des familles sont primordiaux.
o La loi de programmation militaire permettra aux armées de préparer les combats de demain : renseignement, innovation, cyber, satellites, etc.

Nous évoluons dans un monde aux menaces intenses et multiples, nos armées doivent s’adapter pour y faire face. Après 20 ans d’érosion des moyens consacrés à la Défense, il est temps de consolider nos armées, nos directions et nos services, et de les projeter vers un avenir nouveau.

En janvier, le président de la République a présenté ses Vœux aux Armées, en insistant sur « un effort budgétaire inédit en faveur des Armées » pour « une France forte ».

Ce qu’on a fait

–  Le Plan Familles, pour permettre aux militaires de mieux concilier les exigences de leurs missions et leur vie familiale. 530 M€ de crédits nouveaux sur la période de la LPM. Parmi les mesures :
– Allongement du préavis de mutation
– +20% du nombre de places en crèche en 5 ans
– Renforcement du soutien moral et psychologique aux familles.

o Des nouvelles modalités de déploiement pour l’Opération Sentinelle

Ce n’est pas une réduction d’effectifs : toujours 7 000 militaires mobilisés, 10 000 en cas de crise.
Pour rendre le dispositif plus efficace, et concentrer les efforts au bon endroit au bon moment.
– Trois niveaux : dispositif permanent (sécurisation des sites sensibles, touristiques, etc.), échelon de renforcement planifié (pour les événements occasionnels), et réserve stratégique.

o Les frappes en Syrie
Le régime syrien a franchi la ligne rouge que représentait une attaque chimique avérée. Le Conseil de sécurité n’a pas été en mesure de sanctionner ces violations répétées en raison du blocage russe. La France a donc pris ses responsabilités avec ses alliés américain et britannique, car la banalisation de l’emploi d’armes chimiques représentait une menace pour la sécurité collective, face à laquelle nous ne pouvions rester sans réaction.
Notre réponse a été circonscrite aux capacités du régime syrien permettant la production et l’emploi d’armes chimiques. Aucune victime au sein de la population civile ou de l’armée syrienne n’est à déplorer. Les frappes ont détruit des capacités de recherche, de production et de stockage d’armes chimiques syriennes.
Ces capacités clandestines avaient été dissimulées par le régime syrien, en contravention de ses engagements internationaux. Les objectifs ont été choisis dans le but de diminuer au maximum les capacités du régime dans ce domaine. Tous ont été atteints et détruits.

Ce qui est en cours

o La loi de programmation militaire, une « LPM de renouveau » avec 4 grands axes :
1. Une LPM à hauteur d’homme : Garantir des engagements soutenables et durables (augmentation des effectifs, entretien des matériels et des équipements, conditions de vie des soldats).
2. Une LMP qui répare et qui prépare : Renouveler des capacités opérationnelles de la France, tant dans le domaine conventionnel que pour la dissuasion.
3. Garantir notre autonomie stratégique et intensifier la construction d’une Europe de la défense.
4. Porter l’innovation et la modernisation dans toutes nos armées. C’est un effort budgétaire sans précédent, malgré un contexte budgétaire contraint. Cet effort ira donc de pair avec une vigilance sur chaque euro dépensé.

o L’Europe de la Défense
La construction d’une Europe de la défense est une des priorités. Plusieurs progrès sont déjà à noter :
– Création d’une capacité militaire de planification et de conduite (en juin 2017) pour les missions non exécutives de l’Union européenne ;
– Lancement de la Coopération structurée permanente (CSP) pour lancer des projets concrets, et favoriser la mobilité des forces et des équipements.
– Lancement du Fonds européen de défense pour financer la recherche et le développement de capacités en coopération européenne ;
– L’initiative européenne d’intervention (lancée par le PR le 26/09/17), pour mieux coordonner les engagements opérationnels futurs au niveau européen.

A venir
o Le service national universel (SNU)

Un groupe de travail a été chargé d’amorcer des travaux de préfiguration, le Gouvernement examine ses préconisations avant de rendre publiques les modalités selon lesquelles cet engagement du président de la République sera mis en œuvre. Le président de la République l’a assuré : le projet sera mené à son terme. Il fera l’objet d’un financement ad hoc, distinct du budget de la Défense.

o Remplacement du logiciel Louvois
Entré en service pour la première fois en 2011, le système Louvois est un logiciel qui a provoqué des paiements erratiques pour de nombreux militaires. Aujourd’hui, 97% des soldes sont versées automatiquement et sans incident. Les autres doivent être reprises par du personnel spécialement affecté aux vérifications
« Source solde » est le logiciel qui va remplacer Louvois. Le calendrier est conditionné par la garantie de la fiabilité totale du nouveau logiciel, afin de ne pas répéter les erreurs du passé.

Chiffres clés

Nombre de personnels du ministère : 265 458
Nombre de militaires déployés à l’étranger : 30 000 militaires
Nombre de militaires en OPEX (opération extérieure) : Barkhane (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad : 4000) + Chammal (Levant : 1200) + Daman (Liban [au sein de l’ONU] : 900) = Plus de 6000 militaires en OPEX
En opération intérieure : Sentinelle – 7000 militaires (possibilité de monter à 10 000 sur décision du président de la République).
Nombre de réservistes (hors gendarmerie) : 32 303
Budget : 34,2 Mds€ en 2018, soit le 2e budget de l’Etat après l’enseignement scolaire
Nombre de femmes : 54269 femmes, soit 20% (civils et militaires).

Qui est militaire ?
Ont le statut militaire : les militaires des 3 armées (Air, Terre, Marine), les personnels militaires de la direction générale de l’armement, et les gendarmes. Mais attention : les gendarmes ont un statut militaire mais sont sous les ordres du ministère de l’intérieur.
Mais alors quid des pompiers ? La brigade des sapeurs-pompiers de Paris et les Unités d’intervention de la sécurité civile font partie de l’armée de Terre, le bataillon des marins-pompiers de Marseille fait partie de la Marine nationale, MAIS leurs interventions se font sous la responsabilité du ministère de l’intérieur.
Au-delà de ces exceptions : Les autres pompiers de France sont des fonctionnaires du ministère de l’intérieur ou des pompiers volontaires.

Back To Top