skip to Main Content
Manque De Main D’œuvre Agricole

Vous avez bien voulu me faire part de votre disponibilité pour répondre au besoin de main d’œuvre dans l’amont agricole.

Au nom du groupe MoDem et apparentés, je tiens tout d’abord à vous remercier chaleureusement pour votre engagement en cette période de crise sanitaire majeure, liée à la pandémie COVID-19, qui impacte très lourdement la vitalité des exploitations agricoles.

En effet, d’ici à fin mai, il va manquer 200 000 personnes dans les champs et les usines agro-alimentaires pour récolter les fruits et les légumes, mais aussi pour planter les semis qui seront récoltés cet automne. Jusqu’à présent, ces renforts saisonniers étaient assurés par des travailleurs de pays voisins, qui ne peuvent plus aujourd’hui circuler librement, compte-tenu du coronavirus.

L’initiative « Des bras pour ton assiette » a donc été lancée conjointement par le Gouvernement et la FNSEA afin d’éviter cette pénurie de main-d’œuvre. Il suffit simplement de s’inscrire sur ce site internet qui vous mettra en relation avec des agriculteurs ou des usines proches de chez vous : https://desbraspourtonassiette.wizi.farm/

Comme pour tous les secteurs, les gestes barrière et les règles de distanciation sont mis en œuvre. Un guide pratique a d’ailleurs été élaboré pour donner à chaque exploitation des solutions opérationnelles afin de garantir un travail en toute sécurité pour ses salariés et ces nouveaux volontaires.

En complément de cette initiative, le Gouvernement a lancé, avec Pôle emploi, une autre plateforme dédiée aux secteurs qui ont, dans cette période, des besoins particuliers en recrutement. Elle regroupe toutes les offres disponibles pour les entreprises concernées.

Le Gouvernement a ainsi prévu un nouveau dispositif, simple d’utilisation, pour permettre aux salariés qui subissent une mesure d’activité partielle de conclure un contrat de travail avec une exploitation agricole.

Ce nouveau dispositif décline trois règles simples :

  • Le salarié pourra cumuler son indemnité d’activité partielle avec le salaire de son contrat de travail dans la filière agroalimentaire, sous réserve que son employeur initial lui donne son accord pour respecter un délai de prévenance de 7 jours avant la reprise du travail.
  • L’employeur de la filière agroalimentaire qui embauche le salarié en activité partielle devra libérer le salarié de ses obligations sous réserve du même délai de 7 jours.
  • Les bénéficiaires du fond de solidarité pourront cumuler le fonds avec des contrats courts dans les entreprises agricoles et agroalimentaires..

Vous le voyez, nous agissons tous ensemble pour répondre aux besoins du secteur agricole sans compromettre la sécurité et la santé des salariés et des futurs aidants. Soyez donc assuré que je reste, avec l’ensemble des députés du Groupe MoDem et apparentés, entièrement mobilisée sur ce sujet afin de sécuriser notre autonomie alimentaire immédiate, et notre production de matières premières pour l’automne.

Back To Top