skip to Main Content
Q/A Sur La Stratégie Nationale De Déconfinement

Pourquoi les masques qui sont indispensables ne sont pas gratuits ?

• Le Gouvernement est très attentif à la question du prix des masques pour éviter les abus.
• La ministre Agnès Pannier-Runacher a ainsi demandé à la DGCCRF de lui faire des propositions permettant de garantir la qualité et l’accessibilité en termes de prix des masques. Le Gouvernement prendra une décision concernant le prix des masques sur cette base dans les prochains jours.
• Dès à présent, nous avons fait passer le taux de TVA applicable sur les masques de 20% à 5,5% pour en réduire le coût pour les Français.
• Le Gouvernement s’est par ailleurs engagé à accompagner les collectivités à hauteur de 50% des masques qu’elles achèteraient. Le Premier ministre a précisé lors des Questions au Gouvernement que le dispositif sera étendu aux commandes de masques passées depuis le 13 avril par les collectivités locales, c’est-à-dire depuis que le Président de la République a annoncé la date du 11 mai.
• En outre, le Premier ministre a précisé ce mercredi 29 avril que les masques obligatoires pour les collégiens seront fournis par l’État.
• Enfin, une enveloppe hebdomadaire de 5 millions de masques permettra d’organiser, en lien avec les maires et les présidents de conseils départementaux, la distribution de masques aux plus précaires comme l’a indiqué le Premier ministre.

Combien de temps durera le dispositif de l’activité partielle ?

• Le dispositif de chômage partiel français est le plus protecteur d’Europe, avec une indemnisation des salariés en chômage partiel égale à 84% du salaire net et 100% pour ceux qui sont au SMIC. Il a été étendu à de nouvelles professions (comme les employés à domicile par exemple ou les assistantes maternelles) pour être le plus efficace.
• Grâce au chômage partiel, de très nombreux licenciements ont pu être évités. Il concerne aujourd’hui 11, 3 millions de salariés, dans 890 000 entreprises.
• Le chômage partiel accompagnera la sortie progressive du confinement : il n’y aura pas de couperet le 2 juin. Des échanges avec les partenaires sociaux permettront de déterminer les modalités précises qui s’appliqueront ensuite.

Puis-je continuer à bénéficier du chômage partiel si je ne souhaite pas mettre mon enfant à l’école ?

• Le système restera valable pendant tout le mois de mai.
• Il est important de laisser le temps à tout le monde de s’organiser. Jusqu’à fin mai, tout parent pourra déclarer qu’il ne peut pas faire garder son enfant et pourra bénéficier de l’activité partielle.
• À partir du 1er juin, pour bénéficier du chômage partiel, il faudra fournir une attestation de l’école précisant que l’école n’est pas en mesure d’accueillir son enfant.

Comment le Gouvernement va-t-il assurer la sécurité sanitaire des personnels et jeunes reprenant l’école à partir du 11 mai ?

• Le Gouvernement a développé un protocole sanitaire précis posant un cadre national clair fondé sur les recommandations du Conseil scientifique, permettant aux établissements de déterminer concrètement les mesures à mettre en place pour assurer la sécurité des élèves et des enseignants.
• Ce protocole permettra de préciser par exemple le nombre d’élèves par classe, dans quelles conditions accueillir les enfants en internat et comment organiser l’accueil des élèves dans les classes.
• Il sera présenté ce vendredi 1er mai, après avoir fait l’objet d’échanges avec les associations d’élus, les syndicats de personnels, les directeurs d’écoles et les collectivités territoriales.
• Comme l’a rappelé le ministre de l’Éducation Nationale ce mercredi 29 avril, si un établissement n’est pas en mesure de respecter les mesures du protocole sanitaire le 11 mai, il ne rouvrira pas.

Avec le déconfinement, la pratique sportive reviendra-t-elle à ce qu’elle était avant le 17 mars ?

• Le Premier ministre l’a rappelé le mercredi 28 avril lors de son discours sur le déconfinement : la santé des athlètes, des pratiquants et de la population reste la priorité du Gouvernement. Quand cela ne remet pas en cause la lutte contre la diffusion du Covid, la pratique sportive pourra reprendre de manière progressive.
• Concrètement, les Français pourront faire du vélo, du footing ou pratiquer des sports en plein air sans attestation ni restriction de temps dans la limite de 100km autour de chez soi et de 10 personnes maximum et toujours en respectant les mesures de distanciation physique spécifiques au sport : 10 mètres minimum entre deux personnes pour les activité du vélo et du jogging et une distance physique suffisante pour les activités en plein air. Un guide pratique du ministère des sports fournira prochainement des éléments complémentaires sur les modalités pratiques de reprise).
• Comme l’a indiqué le Premier ministre lors de son discours du 28 avril, il ne sera possible ni de pratiquer du sport dans des lieux couverts, ni des sports collectifs, ni des sports de contacts. La liste sera établie par le ministère des sports. La reprise progressive des activités en salle des sports de contact et collectifs ne sera envisagée que dans un deuxième temps, en fonction de l’évolution de la pandémie.
• Au vu du contexte, la saison 2019-2020 de sports collectifs professionnels ne pourra pas avoir lieu.
• En tout état de cause, les évènements sportifs réunissant plus de 5 000 personnes seront interdits jusqu’à septembre

Back To Top