skip to Main Content
L’autre Voie

Le Jeudi 25 Avril dernier, Emmanuel Macron a tenu une conférence de presse afin de partager ses conclusions vis-à-vis du Grand Débat National. Ce fût surtout l’occasion de revenir sur les mesures qu’il souhaite appliquer en réponse aux revendications citoyennes mais aussi de dresser un bilan plus général des mois écoulés.

Ainsi, notre président a immédiatement voulu clarifier son positionnement à l’encontre de l’évolution du mouvement des Gilets Jaunes. D’après lui, il est nécessaire de ne pas céder à l’amalgame en distinguant les personnes mobilisées dans le respect de la légalité des individus recourant à la violence. Je salue ce positionnement lucide et éclairé sans lequel le système sombrerait dans des dérives pires encore.

Le chef de l’Etat en a également profité pour livrer les résultats des réformes entreprises par son gouvernement. Sur ce point, les bénéfices sont visibles : 500000 emplois créés, la relance de l’investissement, une croissance qui dépasse la moyenne de la zone euro pour la première fois …
Aussi, il a réaffirmé sa volonté de se mobiliser face aux défis contemporains et aux grands changements sociétaux qui en découlent afin de satisfaire les attentes de chacun.

Pour ce faire, il entend fonder son “Acte II” du Quinquennat sur deux axes primordiaux : replacer l’Humain au cœur des considérations et rapprocher l’action publique au plus près des citoyens.

Pour réintroduire le citoyen au centre du fonctionnement démocratique et de l’organisation de l’Etat, le Président Macron a présenté plusieurs nouveautés. Renforcement et création du statut du Maire, réduction de 25 à 30% du nombre de parlementaires ou part significative de proportionnelle de l’ordre de 20% sont au rendez-vous. S’y ajoute l’abaissement à un million du seuil de déclenchement du Référendum d’Initiative Partagée, l’inscription de sujet à l’ordre du jour des différents Conseils territoriaux, la transformation du Conseil Economique, Social et Environnemental en Conseil de participation citoyenne associant un comité de 150 citoyens tirés au sort … etc.

En somme, je me réjouis de ces mesures qui visent à réintroduire nos concitoyens au cœur du processus décisionnel de proximité et j’accueille avec tout autant d’enthousiasme le renforcement des logiques de décentralisation qui les accompagnent : révision des prérogatives décentralisées en matière de logement, transport et écologie, création d’antenne de service public polyvalent calqué sur le modèle canadien, plus d’autonomie pour les élus locaux, aucune fermeture de service public jusqu’à la fin du mandat, plus de fonctionnaires territoriaux.
Quant à l’ENA, sa suppression controversée ne doit pas éclipser les avantages de cette décision à savoir la constitution d’un corps d’élite plus représentatif de la société et donc plus apte à défendre les intérêts d’une pluralité d’individus.

S’agissant de la fiscalité, Emmanuel Macron a souligné sa volonté d’accroître le pouvoir d’achat des Français, en prévoyant une baisse de 5 milliards de l’impôt sur le revenu ou encore en réindexant toutes les retraites sur l’inflation d’ici 2021. Ce positionnement fort exigera de supprimer des niches fiscales pour les entreprises, de réduire la dépense publique et surtout de travailler plus sans toucher à l’âge légale de départ actuel. Si ces contreparties peuvent sembler contraignantes, elles m’apparaissent néanmoins comme impératifs et appropriées afin d’assurer une vie plus décente à plus de 67 millions de Français.

Enfin, je retiens de même l’investissement affiché par le président en faveur des grandes transitions avec la création d’une convention citoyenne dédiée à l’écologie ou les travaux concernant la transformation du système de retraite et l’accompagnement du Grand Age. Il me semble crucial d’accélérer les réflexions et les projets en lien avec ces préoccupations ; aussi, je me félicite des orientations annoncées par le gouvernement sur ce domaine.

Je conclurai simplement en mentionnant le souci manifeste dont le Président a su témoigner à l’égard des grandes figures en difficulté de notre société telles que les mères célibataires, les retraités ou bien les personnes en situation de handicap. C’est aussi en conformité avec nos valeurs que notre dirigeant s’est illustré en renouvelant son attachement à la laïcité et la lutte contre ses détracteurs ou bien par les directions nouvelles qu’il entend impulser au tissu associatif et à la solidarité européenne en matière de frontière et de migration.
Ce sont sur ces principes qui repose notre édifice républicain et plus que jamais c’est en réitérant notre engagement à leurs propos que nous contribuerons au mieux vivre en société.

Entre dictature et chaos il y a nécessairement une autre voie

Back To Top